Actualités

Huile de palme vs Beurre

Il existe actuellement une polémique concernant l’huile de palme. En effet, le prix de cette huile considérée comme néfaste va être taxé à hauteur de 300% (Taxe Nutella) au cours de l’année 2013. Sa substitution au profit d’autres matières grasses est d’ailleurs devenue un nouveau standard de qualité, mis en avant sur les emballages des produits alimentaires. Un français en consomme environ 2kg par an, ce qui en fait l’huile la plus consommée en France mais également au monde. Cette huile est présente dans grande nombre de produits alimentaires mais aussi dans les cosmétiques ou les agrocarburants. Si son impact sur la santé et sa moindre qualité nutritionnelle en comparaison à d’autres huiles végétales telles que l’huile de colza ou de tournesol n’est plus à prouver, qu’en est-il de sa qualité face au beurre ?

D’un point de vue nutritionnel, l’huile de palme est une matière grasse végétale contrairement au beurre qui est une matière grasse d’origine animale. Ainsi, l’huile de palme contient en moyenne 50% d’acides gras saturés contre 63% dans le beurre. Or ce sont ces acides gras saturés qui sont des facteurs aggravants dans les maladies cardiovasculaires. Par contre, 100g d’huile de palme correspond à 885Kcal soit 35% des apports caloriques d’un adulte alors que le 100g de beurre apporte 760Kcal soit 30% des apports journaliers d’un adulte. Précisons aussi que l’un ou l’autre de ses deux produits est hautement énergétique.

D’un point de vue sensoriel, il est indéniable que le beurre possède une réelle signature organoleptique, alors que l’huile de palme est sans intérêt aromatique. Cette dernière possède en revanche des propriétés technologiques, particulièrement en texture (croustillance) qui intéressent les industriels, et in fine le consommateur.

D’un point de vue environnemental, le beurre a plus d’incidence que l’huile de palme. En effet, le palmier à huile rejette de l’oxygène dans l’atmosphère, alors que les vaches ont un impact important sur l’effet de serre par le biais de leurs flatulences. Cependant, la production de l’huile de palme actuelle a un impact reconnu comme très négatif sur l’environnement mondial. En effet, attiré par l’intérêt commercial de sa production, certains pays (Malaisie et Indonésie notamment) en ont fait une culture intensive et quasi exclusive, allant jusqu’à détruire des forêts primaires avec pour conséquence une baisse alarmante de la biodiversité.

 

KOS Research est un institut d’études marketing et sensorielles développant des méthodologies qualitatives et quantitatives ad-hoc et exclusives.

KOS Research a une expertise complète et intégrée: la société organise des tests consommateurs, des réunions de groupe et utilise des méthodes online pour répondre aux problématiques de ses clients.

KOS Research est agréée CIR (Crédit d’Impôt Recherche) par le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche.