Actualités

La nourriture du futur : les insectes ?!

 

Une des grandes problématiques alimentaires qui s’annonce est celle de la pénurie : eau potable, matière première, etc… C’est un constat ; la planète ne pourrait plus d’ici quelques dizaines d’années subvenir au besoin d’une population en constante croissance et avec un mode de consommation comme nous l’avons aujourd’hui.

Certains sont donc en train de penser au mode de consommation alimentaire de demain ; les substituts et autres méthodes pour rationnaliser ou utiliser à meilleur escient l’existant.

Dans cette réflexion, les insectes comestibles sont une piste de plus en plus fréquemment explorés. En effet, ils sont une source importante de protéines : et oui, plus que le poisson et la viande, et contiennent également divers minéraux et vitamines.

Pour certain, cette idée peut paraître un peu saugrenu, mais quand on regarde l’histoire de la gastronomie ; les civilisations ont toujours utilisés les insectes comme des éléments naturels de l’alimentation. Alors, finalement, envisager de manger les insectes propres à la consommation humaine (1600 aujourd’hui identifiés), c’est finalement revenir un peu sur revenir sur les traces de nos ancêtres.

Rien qu’un exemple pour se mettre en appétit, en ce qui concerne nos chères chenilles, elles possèdent des minéraux (le potassium, le calcium, le magnésium, le zinc, le phosphore, le fer et les vitamines). Pour vous donner un ordre de grandeur, 100 grammes de chenilles contiennent 53 grammes de protéines, lipides et glucides !

Et maintenant, bon appétit !

 

KOS Research est un institut d’études marketing et sensorielles développant des méthodologies qualitatives et quantitatives ad-hoc et exclusives.

KOS Research a une expertise complète et intégrée: la société organise des tests consommateurs, des réunions de groupe et utilise des méthodes online pour répondre aux problématiques de ses clients.

KOS Research est agréée CIR (Crédit d’Impôt Recherche) par le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche.